Accueil
Canal PREVENTION
Burundi

Burkina Faso

Situation épidémiologique*

Le Burundi est un pays très touché par le VIH-sida avec une prévalence nationale estimée à 4,2% chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans [Irin, 2008]. Les taux les plus élevés s'observent dans les zones urbaines (9,5%) et semi-urbaines (10,5%). En zone rurale où vivent 90% de la population, le taux de prévalence reste relativement faible (2,5%). En 2008, le Burundi comptait environ 220 000 PvVIH et 836 000 enfants orphelins ou Vulnérables [recensement 2008 du CNLS].

Le mode principal de contamination du VIH au Burundi est la voie hétérosexuelle. La prise de risques est souvent liée aux situations de vulnérabilité qui prévalent au Burundi : la pauvreté (PIB/hab. en 2007 : 800$), le statut de la femme, les déplacements de population et les violences sexuelles envers les femmes dus aux treize années de conflit, l'augmentation des maladies sexuellement transmissibles (IST), les faibles moyens de communication et d'information, les tabous liés à la sexualité, les croyances religieuses … Le sida est la première cause de décès chez l'adulte et une des premières causes de mortalité infantile au Burundi.

*Données provenant du rapport ONUSIDA 2006

La stratégie nationale

La politique

En 2001, les autorités nationales ont décidé de mettre en place le CNLS (Comité National de Lutte contre le Sida) pour faire de la lutte contre le VIH-sida une priorité nationale. Le CNLS est assisté par le Ministère à la Présidence chargé de la Lutte contre le VIH-sida dont la mission principale est d'être le garant des politiques en matière de lutte contre le VIH-sida. Le SEP/CNLS (Secrétariat Exécutif Permanent du CNLS) est l'organe technique du CNLS, chargé de la mise en exécution des activités de lutte contre le sida. Un plan stratégique national 2007-2011, a été mis en place et comprend quatre axes : amélioration du bien-être et de la qualité de vie des PvVIH, réduction de la pauvreté, renforcement de la gestion, et renforcement de la réponse multisectorielle et décentralisée.

Les législations existantes

- En février 2009, le sénat burundais a rejeté un amendement au nouveau Code Pénal 2008 qui aurait criminalisé les relations homosexuelles pour la première fois. L'Assemblée Nationale du Burundi avait voté la loi suivante : « quiconque entretient des relations sexuelles avec une personne de même sexe est passible d'une peine de trois mois à deux ans de prison et d'une amende de cinquante à cent mille Francs CFA (de 34 à 67€), ou d'une de ces deux peines ». Le projet de loi criminalisant l'homosexualité se situe actuellement sur la table d'une commission mixte constituée de sénateurs et de députés.
- La loi du 9 novembre 2005 protège juridiquement les droits des personnes vivant avec le VIH-sida.

Les principaux bailleurs de fonds

La Banque mondiale finance le projet multisectoriel de lutte contre le VIH-sida à hauteur de 15 millions de dollars. Il vise à élargir la couverture et l'utilisation de services de prévention et de traitement du VIH-sida parmi les groupes hautement vulnérables ou très affectés.
Le Fonds mondial a accordé au Burundi, lors de la 5ème série, un financement de 32 millions de dollars sur 4 ans (2006-2010) pour soutenir le programme de décentralisation et d'intensification de la lutte contre le VIH-sida. Le principal récipiendaire est le SEP/CNLS.
Le PNUD-Burundi a aidé le gouvernement à formuler le plan national de lutte contre le VIH-SIDA (2008-2011) et a particulièrement favorisé le dépistage de proximité dans l'ensemble du pays.
L'UNICEF et la Principauté de Monaco co-financent le projet « renforcement de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et la fourniture de soins pédiatriques aux enfants infectés par le virus dans cinq provinces du Burundi (Gitega, Kayanza, Rutanan, Makamba et Bururi) », 2008-2010, à hauteur de 360 000 dollars.

Le secteur privé

La plupart des entreprises sont de petite taille au Burundi ce qui rend la lutte contre le VIH-sida en milieu de travail un peu plus difficile. Cependant, un consensus nation al tripartite sur le VIH-sida dans le milieu du monde du travail a été signé entre :
- le gouvernement du Burundi, représenté par le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale ;
- les organisations d'employeurs, représentées par l'Association des Employeurs du Burundi (AEB) ;
- les organisations des syndicats des travailleurs, représentées par la Confédération des Syndicats du Burundi (COSYBU) et la Confédération des Syndicats Libres du Burundi (CSB).

Chaque structure a ainsi pris l'engagement de lutter contre le VIH-sida sur le lieu de travail.

La BRARUDI, principale brasserie du Burundi, s'est engagée dans la lutte contre le sida en 2001 suite à la mort de plusieurs de ses employés. Des ressources ont été mobilisées et les travailleurs ont créé une association en se cotisant pour aider les personnes affectées et infectées par le VIH-sida.

La REGIDESO, entreprise para-étatique de production et de distribution d'eau potable et d'électricité, a une politique de lutte contre le VIH-sida active. Son comité VIH a bénéficié d'une formation financée par Partenaires contre le sida en février 2008.

Le CIELS est le Comité Inter-Entreprises de lutte contre le sida de l'Association des Employeurs du Burundi (AEB). Il oriente ses actions vers 50 entreprises privées de Bujumbura. Son action consiste à sensibiliser leurs employeurs, leurs industriels et leurs partenaires dans la lutte contre le sida.

Les associations

L'ANSS (Association nationale de soutien aux séropositifs et sidéens) a été le premier lieu de prise en charge et reste, de fait, la plus grande organisation de la Société Civile. Sa mission est de promouvoir la prévention de la transmission du VIH-sida et d'améliorer le bien-être des personnes infectées ou affectées par le VIH-sida. Elle lutte également contre la discrimination et la stigmatisation des PvVIH.
Pour plus d'informations : www.anss.bi

RBP+ est le réseau des PvVIH au Burundi. Cette association assure la prise en charge et le soutien des PvVIH.

SWAA/Burundi est une association dont l'objectif est de contribuer à la prévention de l'infection au VIH-sida et à la prise en charge des personnes infectées et/ou affectées en privilégiant particulièrement la femme. Pour plus d'informations : www.web-africa.org/swaa-burundi/

Accord-Burundi (the African Center for the constructive resolution of disputes) est une ONG qui a pour but de faciliter les relations commerciales entre le Burundi et les autres pays avoisinants. Elle est engagée dans la lutte contre le sida en milieu de travail : conception d'un guide d'informations, organisation d'ateliers de formation pour les Pairs Educateurs …
Pour plus d'informations : www.accord.org.za

ABS (Alliance Burundaise contre le sida) est un réseau national regroupant 236 organisations de la Société Civile (SWAA, La Nouvelle Espérance, la FVS, l'APELOS …).
Pour plus d'informations : http://abs-burundi.org

REMUA est une plate-forme des organisations impliquées dans la prise en charge médicales des PvVIH.

Au Burundi, à Bujumbura, SIDA-ENTREPRISES
soutient un projet de formation :

• Diplôme Inter-Universitaire de prise en charge multidisciplinaire de personnes vivant avec le VIH-sida dans la région des Grands Lacs (Cf. rubrique « Soutien à la formation »)

Les entreprises membres de SIDA-ENTREPRISES
présentes au Burundi :

  • Accor Novotel
  • Ascoma Ascoma Burundi
  • Bolloré
  • Optorg OPTORG
Haut de page
SIDA-ENTREPRISES Tous droits réservés.
Contact@sidaentreprises.org | Mentions légales | www.sida-entreprises.org